5 Dans Vie de maman

La naissance de Laurent (ou le récit d’un accouchement parfait)

naissance-2

BONNE ANNÉE!

Hé, ça fait un moment que je suis muette ici, einh. Avec raison! J’étais occupée à attendre pour donner la vie, ensuite à donner la vie, ensuite à nourrir la vie. Je la nourris d’ailleurs encore à l’instant même. Merci, poussée de croissance!

Eh oui, Laurent est arrivé il y a un peu plus d’un mois. Je me suis dit que vous raconter tout ça, ce serait un pas pire plan pour mon premier billet de 2017. Qu’en pensez-vous?

On y va! Je vous avertis, c’est un long billet! 😉

Novembre 2016

36 semaines de grossesse. Une belle grossesse, je dois dire. Bon, j’ai eu mal au cœur au début, j’ai été fatiguée, j’ai eu l’impression de peser 453234 livres, MAIS aucune enflure, belle pression, pas de malaises vraiment. Un peu de stress par contre : je tente quand même l’accouchement vaginal après césarienne (AVAC) et j’avoue que je trippe pas tant à l’idée que ça ne se passe pas comme prévu, comme la dernière fois.

La veille de mes 37 semaines, SURPRISE! Bébé est en siège. Toujours la tête en haut. Là, je me mets à paniquer. J’ai vraiment peur de me retrouver à l’hôpital, encore plus peur de devoir subir une 2e césarienne! Bref, on joue le tout pour le tout et on décide de tenter la version. La version fut un succès du premier coup.

(Le récit de ma version aurait pu être plus long, mais ce billet l’est déjà bien assez. Je tiens quand même à dire que si tu hésites à avoir recours à la version pour éviter une césarienne, ben selon mon expérience personnelle, je te confirme que la césarienne est 534234 fois pire que la version.)

Il nous reste donc à attendre patiemment la venue de bébé en multipliant les rendez-vous chez la chiro, l’acupuncteur et la masso.

4 décembre 2016

Ma DPA est dépassée depuis 2 jours. Moi qui ai pensé accoucher à l’avance tout le long de ma grossesse, je ris de découragement en me disant que je devrais finir par mettre bas d’ici 2017… Je goûte aux joies de la latence interminable depuis maintenant 2 jours : des épisodes de contractions régulières qui s’arrêtent, en veux-tu, en v’la. Je commence sérieusement à me dire que je me fais niaiser par mon corps. haha

Vers l’heure du souper, les contractions recommencent, aux 5 minutes peut-être. J’ai zéro inquiétude, je me dis que, comme depuis 2 jours, ça va sûrement s’arrêter lorsque j’irai me coucher. Je décide de monter mon métier à tisser pour commencer un foulard… ce que je réussis à terminer, mais je trouve que j’ai de plus en plus mal. Ensuite, pendant le repas, je trouve que les chaises de cuisine sont franchement inconfortables. On va souper sur le ballon, quin. Les contractions se rapprochent, mais j’arrive pas à savoir si c’est le bon moment ou pas.

On finit donc de souper, Chéri ramasse la cuisine et je décide d’appeler ma sage-femme qui me conseille d’aller prendre un bain ou une douche pour voir si les contractions vont s’arrêter ou s’intensifier. Je pars le minuteur : elles se rapprochent, aux 2 minutes, mais ne durent pas SI longtemps. Je rappelle ma sage-femme… on hésite, mais finalement on décide de se rendre à la maison de naissance, quitte à revenir à la maison si c’est encore une fausse alerte.

On se prépare tranquillement… on prépare Arthur qui comprend pas trop pourquoi il doit mettre un manteau alors qu’il est en pyjama! Les contractions s’intensifient mais je les gère comme une pro. Juste la peine de prendre quelques pauses pendant qu’on se prépare et c’est tout. Il est 20h15, on part vers la maison de naissance.

Fait que, des contractions en voiture, c’est pas super confortable, finalement. On habite à 25 minutes de la maison de naissance, et j’ai eu la bonne idée de demander à Chéri de revenir à la maison parce que j’ai oublié ma couverture, celle que je voulais absolument pour me sentir en sécurité, tsé. Bref, 21h, on arrive à la maison de naissance, là où Trista, ma sage-femme, m’attend les bras ouverts. <3

C’est tellement tranquille, l’éclairage est super tamisé, je choisis la chambre dans laquelle ça se passera. On s’y installe en famille, mais moi je reste accotée sur le comptoir à prendre les contractions une à une. Encore une fois ça fait mal, mais j’arrive à me gérer. Je décide de m’installer sur la toilette et j’y reste un bon moment. Arthur vient me voir, on joue même un peu!

Intérieurement, je suis un peu découragée parce qu’à mon souvenir, un accouchement, ça fait pas mal plus mal que ça! Je me vois donc super pas avancée dans le travail et prise pour endurer la douleur encore longtemps. Ma sage-femme se fait super discrète, elle vient me voir de temps en temps pour savoir comment je vais… sérieux ça fait peur tellement tout va bien…

Je m’installe sur le lit, elle me jase en me flattant doucement à chaque contraction. Elles font de plus en plus mal d’ailleurs! Elle me dit qu’elle en revient pas à quel point je suis calme… on décide donc de vérifier où en est le travail. On n’aura jamais eu le temps de le faire, finalement. Je commence à avoir vraiment mal.

Sans avertir personne, je me lance sur le plancher et je m’agrippe sur le rebord du bain. Ça commence à être à la limite du supportable. Et d’un coup… une MÉGA contraction, un cri de mort et boom! Les eaux à terre. Là, ça marche plus.

« On dirait que tu pousses. »

« JE PENSE QUE OUI! »

C’est un peu là que je perds le contrôle. J’ai l’impression que mon intérieur au complet veut sortir… mais ça sort pas. Une chance que j’ai pas apporté ma jarre à sacre, parce que je pense que je me serais ruinée à la remplir. Il est 22h30. 

Je reste accrochée dans cette position pendant… je sais pas combien de temps, vraiment. Ma sage-femme, mon accompagnante, mon chum, Arthur (comme il peut) m’encouragent à continuer. De toute façon, je peux plus vraiment reculer. On me propose différentes positions mais je refuse catégoriquement de bouger de là.

« Est-ce que ça va être encore long? »

« Plus très long. »

Sur repeat, pour la prochaine heure… hahaha

Finalement, je décide de changer de place. Une contraction me prend alors que je monte sur le lit. « CHANGEZ-MOI DE POSITION! »

Je réussis tant bien que mal à me placer sur le côté. Là, ça pousse pour vrai. Je sens comme une tête qui descend dans mon bassin. Ah ben c’est ça, c’est vraiment une tête qui descend dans mon bassin! La délivrance approche, mais je suis pas au bout de mes peines. Ma sage-femme me dit qu’elle voit des cheveux. Je la crois pas. Je touche… et je touche à des cheveux! Ok, on lâche pas.

C’est là que je comprends pourquoi on appelle cette étape le « ring of fire ». Je hurle de douleur, j’ai l’impression de déchirer de partout.

« SORTEZ-LE! »

« C’est toi qui va le sortir, Catherine. »

L’aide natale demande à mon chum si on veut des photos. Elle réalise sur le coup (tout comme nous) qu’on a jamais évoqué la question! Tout de suite, je comprends : « Elle veut prendre des photos, ça veut dire que c’est presque fini! On en veut des photos! »

J’ai jamais travaillé (ou crié) aussi fort de toute ma vie. Et puis là, comme s’il arrivait de nulle part, Laurent m’atterrit sur la poitrine. Un petit paquet qui cherche déjà à téter!  Il est 23h23.

« J’AI RÉUSSI! »

naissance-1

D’un coup, tout est devenu tellement calme… plus de douleur, plus rien qui bouge autour. On nous a laissé dans notre petite bulle familiale pour profiter de ces nouveaux moments de vie à 4. Sans stress, juste plein d’amour! <3

Ce n’est qu’environ une heure plus tard qu’on me suggère de prendre une douche, au même moment où ma sage-femme me confirme que je n’ai PAS EU DE DÉCHIRURE! Juste une petite éraflure qui ne requiert que 2 minis points de suture. Woah!

J’ai adoré mon expérience en maison de naissance. L’ambiance, le support des sages-femmes et aides natales… tout est en place pour favoriser les plus beaux accouchements. Et cette fois-ci, tout s’est passé comme je l’avais « prévu »… :)

Comment se sont passés vos accouchements?

Vous aimerez aussi

5 Commentaires

  • Répondre
    Marjo Moise
    10 janvier 2017 at 11:02

    Wow!! Super beau texte et félicitation encore une fois. C’est super touchant de te lire. Je t’imagine me raconter ton histoire avec tes expression et tes doigts croches. Je m’ennuie de toi, de nous deux… Je t’aime xx

  • Répondre
    Nancy Ferry
    16 janvier 2017 at 9:34

    Effectivement, comme ton amie le dit, quand je te lis, j’entend ta voix me ton histoire. Tu m’as bien fait rire! Félicitations, et je suis bien contente pour toi que celui-ci ce soit passée comme tu le voulais!

    • Répondre
      Catherine
      21 janvier 2017 at 9:36

      Merci belle amie! <3
      Je suis vraiment contente aussi, c'était magique!

  • Répondre
    Isa LISE
    11 février 2017 at 12:26

    Merci pour ce joli récit de naissance ! Tous mes voeux de bonheur !

  • Répondre