0 Dans Tranches de vie

Sous-vêtements noirs et poils aux cuisses

boudha

Aujourd’hui, au tour de Julie Turbide, blogueuse et fondatrice de PURE LAINE Magazine de prendre la plume pour jaser « apparence corporelle ». On va se le dire, le sujet est plus que d’actualité ces jours-ci, particulièrement avec le beau temps qui commence à se faire sentir. Que faire pour se sentir belle cet été? Quelques livres en moins? Une augmentation mammaire? Une nouvelle garde-robe à 1000$?

Et si en réalité, on devait d’abord commencer par nous accepter nous-même?

Psssst! Si vous aimez ce texte, je vous invite à lire Julie sur son blogue : PURE LAINE Magazine, ou encore la suivre sur Facebook!

Julie Turbide

La mode ne m’intéresse pas. Les magazines non plus. Je mets du mascara certains matins pour qu’on focus sur le brun de mes yeux et non sur le bleu de mes cernes. Je mets du vernis à ongles avec mes filles pour les amuser. Mes vêtements ne sont pas tendances, ils ont plutôt tendance (!) à déchirer à l’intérieur des cuisses. La « grosse » classe!

Je ne me définis pas par mon corps. Quand je pense à ma famille et mes amis, je ne me dis pas : « Ah, je l’aimerais tellement plus s’il/elle était plus mince, s’il/elle avait des beaux vêtements… » Bin non! C’est la même affaire pour moi : je m’aime avec mes plus, mes moins… et comme au hockey, j’essaie que mon différentiel reste dans le positif!

J’ai donc arrêté de vouloir maigrir pour me sentir mieux dans ma peau. J’ai décidé de me sentir mieux dans ma peau. Point.

Je reviens de la Floride. J’avais apporté mon maillot une pièce motif léopard, parce que hein, je ne mettrai pas mon trop-plein-de-moi en évidence dans un bikini, d’un coup que je cacherais le soleil! Je ne l’ai mis qu’une fois. Toi qui t’es déjà battue pour mettre un maillot une pièce alors que ta peau est déjà humide, tu sais que c’est un moyen calvaire. Faique j’ai profité du fait que mes sous-vêtements sont noirs pour passer la semaine en sous-vêtements. Ouais.

En plus (parce qu’il y a plus!), je ne me suis pas fait les aines. J’ai la fâcheuse tendance à faire des abcès dans les aines (ayoye!), que je dois faire drainer à l’hôpital quand ils sont trop gros. Puisque mon dernier drainage remontait à 5 jours avant mon voyage, je ne pouvais toucher à rien et attendre la guérison avant de passer sous le laser.

Faique me v’là-ti-pas en sous-vêtements noirs et poils aux cuisses, à me pavaner comme une jeunesse. Et savez-vous quoi? C’était tellement parfait!

Si moi, je décide que c’est correct pour moi, qui sont les autres pour juger? Et même si on m’avait dit quoi que ce soit, c’est à moi de décider ce que je décide d’entendre ou non, comme un commentaire en attente de modération sur un blog. Le commentaire est déplacé? Delete!

Et si, comme la beauté, la grosseur était dans l’œil de celui qui regarde? Le jour où j’ai arrêté d’être grosse est le jour où j’ai décidé dans ma tête que je ne l’étais pas.

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Répondre